mardi 18 décembre 2012

Death Is a Star par Agnès Michaux et Anton Lenoir

- "Toc ! Toc ! Toc ! Ici la mort !"
- "Mais bon sang vous venez trop tôt ! On vous attendait pour le 21 décembre..."

Pendant que la mort, trop tôt venue, s'en va dans les bois dans l'attente de la fin du monde, prévue dans le calendrier Maya ce 21 décembre 2012, chacun se demande ce qu'il peut bien faire de ces derniers jours. Normal.

Et puisqu'il faut toujours être plus proche de ses ennemis que de ses amis nous dit le dicton, je propose de la fréquenter en littérature avec Death Is a Star, l'ouvrage signé Agnès Michaux et Anton Lenoir.

Ils s'attaquent à elle avec audace et amusement comme le montre l'interview.
 

Pourquoi avoir invité la mort à votre table littéraire ?

Anton : Par provocation, par jeu et par courtoisie. Parce qu’il vaut mieux prévenir que guérir !
Agnès : Pour ne pas être treize à table… Et surtout pour entrer dans le club très select des livres avec le mot « mort » dans le titre !

Comment l'idée est-elle venue et à quel moment l'avez-vous prise au sérieux ?


Anton : Un matin, tôt, sur le chemin de la Bibliothèque Mazarine, en s’amusant des morts extravagantes des stars d’Hollywood. Et puis, le titre des Clash s’est invité dans la conversation, cet étrange morceau lancinant qui clôture en quelque sorte la carrière du groupe. Là, ça a été la révélation : pas la mort des stars, mais la mort en tant que star. « Death Is a Star » était né. On s’est arrêté dans un café, on a pris des notes. Agnès a lancé ce qui est devenu le bandeau : « la Mort, sa vie, son œuvre ». J’ai fait la couv’ l’après-midi. Après, on a lu (beaucoup), cherché, épluché, comparé, visionné, fait des listes, essentiellement à partir de notre bibliothèque, de nos disques et de nos films.

Quelles contraintes vous êtes-vous données pour construire cet ouvrage ?



Anton : Aucune si ce n’est celle de nos goûts. On a traité des sujets qui nous touchent, nous intéressent et nous amusent. 
Agnès : Le plus important, c’était de ne jamais tomber dans le glauque ou le morbide. De s’amuser avec la mort, ce qui n’empêche pas la profondeur. D’éviter les marronniers, de raconter des histoires passionnantes, comme celle de la Morgue de Paris. 
Anton : Rimbaud côtoie Rambo, Jean-Luc Godard fait la nique à l’Amérique (Dead In USA), Burroughs joue à Guillaume Tell pendant que Hunter S. Thompson se fait « canoniser ». Dans les playlists que nous proposons (des chansons avec « mort » dans le titre, bien sûr !), il y a ce que nous aimons écouter – les Smiths, les Pixies, Joy Division et j’en passe. 
Agnès : Un livre rock, quoi !
Anton : Parce qu’il se joue de la mort, comme à 15 ans quand tu portes un t-shirt avec une tête de mort sous les yeux désolés de tes parents. 
Agnès : On voulait absolument que le livre soit illustré. 
Anton : Alors on a collectionné des centaines d’images de films, de groupes, d’écrivains, d’artistes…
Agnès : … des gravures aussi et des comics des années 50. 
Agnès et Anton : Le livre s’est construit en temps réel. Le jour, on cherchait, on écrivait. La nuit, on montait, comme un film expérimental, en collant des scènes les unes avec les autres, en plaquant des images, des photos, en jouant avec les titres, comme un immense cadavre exquis.
Côté éditeur, Flammarion a tout de suite joué le jeu et nous a laissés carte blanche. Au départ, le livre devait faire 300 pages, il en fait finalement plus de 420…

Comment ressortez-vous de ce tête à tête à trois avec la mort ?


Agnès et Anton : Vivants et en bonne santé. Pas d’effet « The Ring » à signaler…

Qu'est-ce qui a changé pour vous ?

Agnès et Anton : Maintenant, on connaît l’étymologie du mot corbillard et on a le plus beau tumblr de la mort du monde ! (deathisastar.tumblr.com)

Une petite épitaphe avant de partir ?


Anton : Pour moi, peut-être un « Ceci n’est pas une tombe ». Mais celle de Peter Ustinov : « Pelouse interdite » reste un must.
Agnès : Moi, je tenterais bien un « I’ll be back ». Ou un faux nom, genre « Jim Morrison », pour être sûre d’avoir du monde.



jeudi 13 décembre 2012

Ma sélection de cadeaux de Noël 2012

Qu'on se le dise, la fin du monde n'aura pas lieu ! En revanche, Noël arrive bel et bien à grands pas.

Vous séchez en cadeaux ?

Voici ma sélection de 6,90€ à 1000€. Elle est pop, elle est colorée, elle est pleine de vie et joyeuse ! Avec des cadeaux pour les femmes, les hommes, les geeks, les littéraires, les passionnés d'art ou de mode... à partager et surtout, à shopper !

Beauté  : 
L'esthétique Warhol, exclusivité Nars pour Sephora.
Le kit beauté du visage avec Elle/ Beurer.
Tatouages éphémères d'artistes, Tink-it.
duo rouge à lèvres/vernis Audrey Hepburn, Peggy Sage.

Livres : 
The Artist
ART, 365 histoires pour épater la galerie.
Les bijoux de Chanel.
à la table des designers.

Mode : 
doudoune by Jean-Charles de Castelbajac, Rossignol.
Zombie Boy chez Everlife.
gants dorés Georges Morand.

Dégustation :
Coffret Pianowhite, Kusmi Tea.

Déco/ High tech :
Coques de téléphone Trexta et Case Scenario.
Clé USB Star Wars, Mimobot.
Bougies de Noël mille et une nuits, Diptyque.

Beauté : L'esthétique Warhol.

Le pop art est partout et se décline à foison. Toujours tendance, c'est devenu un classique.
Retour à l'essentiel avec une déclinaison sophistiquée du maître du genre, Andy Warhol, en palette beauté. On aime porter des couleurs pop, surtout dans le gris de l'hiver... parce que ça nous donne la banane !
Nars Andy Warhol
Exclusivité Nars pour Sephora. Brillant à lèvres Larger Than Life 25€, le crayon ombre à paupières tendre argenté 25€, blush Satellite of Love 29€, vernis à ongles 18€, palette d'ombres à paupières sur le thème Flowers (Andy Warhol, 1965) 45€. Photos originales d'Andy Warhol  et stickers banane perso.  
Nars Sephora
Exclusivité Nars pour Sephora. Trois coloris de vernis à ongles 18€ (violet opaque, orange et violet brillant). Palette d'ombres à paupières sur le thème Flowers (Andy Warhol, 1965) 45€. Bloc Marilyn par Andy Warhol, perso.

Livres : The Artist

Un livre beau comme la vie en noir et blanc ! 
Avec aux manettes, notamment le réalisateur du film éponyme, Michel Hazanavicius, comme un gage certain de qualité du propos. Vous saurez tout sur le petit Frenchy du cinéma, The Artist, le film qui a raflé 5 oscars à Hollywood des Etats-Unis d'Amérique ! 
De belles images à garder en mémoire et des petits secrets de tournage à partager.
The Artist Jean Dujardin
The Artist, 208 pages, 30 €, Michel Hazanavicius et Ariane Allard, ed. La Martinière.

Mode : by JC de Castelbajac, Rossignol.

Depuis quelques années, la marque de snow Rossignol multiplie les collaborations de choix avec quelques belles maisons de mode. Et particulièrement avec Jean-Charles de Castelbajac qui concocte des pièces folles qu'on a forcément envie de porter à la neige, où il faut bien l'avouer, les tenues sont souvent monochromes et un peu ternes.
Cette année, Jean-Charles de Castelbajac propose une doudoune chaude magnifique. Elle est blanche et nacrée, douce, avec de la fourrure blanche sur la capuche et deux tigres sur les épaules. un bijou !
Et bien sûr, quelques détails incroyables : écusson à l'extérieur et portrait de Monsieur à l'intérieur.
Car le meilleur est à...
Rossignol Jc de Castelbajac
Rossignol/ JC de Castelbajac, 1000€.

Livres : ART, 365 histoires pour épater la galerie

Amateurs d'art, néophytes et spécialistes, voilà un ouvrage qui vous séduira à coup sûr !
Le livre répertorie de nombreux chefs d'oeuvres, des célèbres Très Riches Heures du duc de Berry à l'extase de Sainte Thérèse d'Avila vue par le Bernin (la Transverbération de sainte Thérèse) ou la Niké de Samothrace, pour ne citer que ces oeuvres magistrales et majestueuses.
L'originalité de l'ouvrage réside dans le fait qu'on fait connaissance avec un chef d'oeuvre par jour pendant un an !
Art, 365 histoires pour épater la galerie, 480 pages, 25 €, Maureen Marozeau et Matthieu de Sainte-Croix, ed. La Martinière.

Dégustation : Coffret Pianowhite, Kusmi Tea

La marque a gagné ses galons en matière de thé notamment grâce à sa fameuse formule détox, merveilleux mix de matcha (thé vert japonais) et maté (plante sud américaine). 
Une vraie success story !
Pour Noël, la maison propose dans un écrin blanc en bois laqué, une sélection de 100 sachets mousseline en tout et de neuf thés de choix. 
Détox, Be cool (mélange apaisant de plantes au goût de réglisse et menthe poivrée), Euphoria (maté grillé, chocolat et orange), Anastasia (thé noir bergamote, citron et fleur d'oranger), Prince Wladimir (thé noire, agrumes, vanille et épices), Thé vert à la rose, Label Imperial ( thé vert, orange et cannelle), Thé du Matin (thés noirs de Ceylan, d'Inde et de Chine).
 A shopper sur www.kusmitea.com et dans les boutiques Kusmi.
Coffret Pianowhite, Kusmi Tea, 150€. Un sac cabas de la marque est offert pour l'achat d'un coffret.

Beauté : la brosse visage par Elle by Beurer

Dans la série "j'ai testé pour vous", voici la brosse visage qui promet une peau superbe après usage. Un peu sceptique, j'ai ouvert le kit miracle. Siglé ELLE, car le magazine s'est associé à Beurer,je m'attends quand même à un produit de qualité.
D'abord, agréable découverte : l'objet est beau.
Moi qui suis sensible à la chose design, me voilà ravie et davantage prête à me faire brosser la trogne ! La courbure d'une navette spatiale et une dégaine de yo-yo, j'adopte le bidule.
Je choisis ma brosse : la plus dure parce que je suis une guerrière de la beauté (si, si!), je presse play et j'applique sur la peau, après avoir passé un gel nettoyant comme recommandé. Ça chatouille mais ça ne grattouille pas. Après quelques instants, ça relaxe carrément...
Résultat : sans être totalement révolutionnaire, le nettoyage est plus approfondi et la peau plus lisse et en plus, j'ai passé un agréable moment. Donc je le recommande et je me sens prête à tester les autres produits de Beurer.
Brosse visage, Elle by Beurer, 49,99€.

Brosse visage, Elle by Beurer, 49,99€.

Mode : Zombie Boy chez Everlife

Les fans de Lady Gaga le connaissent déjà très bien puisqu'il partage le clip de Born This Way avec la star américaine, elle-même grimée en zombie girl ! 
Zombie Boy, aka Rico Zombie est d'abord apparu sur les réseaux sociaux, et particulièrement en compagnie de Charlie Le Mindu (le jeune créateur de Haute Coiffure qui coiffe Lady Gaga et bien d'autres stars, habille la boutique Colette ou expose à la Fondation Cartier) qui l'a découvert. On l'a ensuite vu en muse sexy chez Thierry Mugler pour le lancement de la collection homme par Nicola Formichetti, styliste de Lady Gaga et directeur de la création chez Mugler.
Quant à Rico, c'est un jeune garçon qui a passé des années à se faire tatouer le corps, telle une démarche artistique et sincère, suite à une opération périlleuse du cerveau.
La boucle est bouclée avec ce tee-shirt super doux et agréable à porter proposé par la marque Everlife.
A offrir à une fille, à un garçon ou à un/e fan de gaga !
Zombie Boy, 39,90€, www.everlife.fr.
Beauté : Tatouages éphémères d'artistes, Tink-it.

Du street art en décalcomanie sur la peau ? Ça existe et ça le fait !
Merveilleuse idée, Tink-it propose une gamme de neuf coffrets de tatouages éphémères avec 3 planches. Histoire de ne pas souffrir et de ne pas se lasser. Personnellement, je craque pour la planche de Mesnager d'autant que, allez je le confie, il m'a dessiné sur le corps il y a quelques années et j'ai eu du mal à me séparer de ce visuel !   
Tatouages éphémères d'artistes coll. streetart Paris. Tink-it, 15 €. www.tink-it.com

 Déco/design : coques de téléphone Trexta et Case scenario

iPhone lovers, le monde technologique pense à vous. 
Coques pour iPhone 5 en cuir serties de strass de Swarovski chez Trexta ou coque pour iPhone4 et 4S pantone chez Case scenario, voici un choix d'habillage swag pour portable.

Coques Trexta 24,90 € et Case Scenario 29,90€.

Coques Trexta et Pantone.
 Livres : Les bijoux de Chanel.

Célèbre pour son tailleur, son sac molletonné timeless, le blac and white, Chanel éblouit cette fois par la beauté de ses bijoux. Un livre raconte leur éclat et les amours en matière de joaillerie et bijoux fantaisie de Coco. Luxe et raffinement garantis !
Les bijoux de Chanel, 272 pages, Patrick Mauriès, 80€, ed. La Martinière.
 Mode : des gants dorés Georges Morand

Ce soir vous serez certainement la plus belle pour aller danser... N'oubliez pas cette belle paire de gants en peau dorée. A porter avec une belle et longue robe noire, en mousseline de soie pourquoi pas ?
gants Georges Morand en cuir, 170 €.
Mode : bonnet tigré JC de Castelbajac, Rossignol

Coloré, sympa, l'occasion de mettre un peu de "grr" au coeur de l'hiver. Orange ou multicolore, sortez le tigre qui est en vous !
bonnet tigre orange 40 € bonnet tigre mutlicolore 40€, JC de Castelbajac/ Rossignol.
Déco/design : Clé USB Star Wars Mimobot

Disney sort de ce corps. Trêve de blague à l'heure où Georges Lucas vend tout à Disney pour 4 milliards, mon coeur de geek soutient que jamais Star Wars. Même en clé USB, oui ! Parce que quand on aime on ne compte pas. Alors voilà, un petit bout de futur venant de notre passé collectif avec cet objet high tech. Vive R2D2 !
Clé USB Star Wars par Mimobot, 4GB, 16,90€ (prix conseillé).
Beauté : duo rouge à lèvres/vernis Peggy Sage

C'est tout le style d'Audrey Hepburn qui inspire Peggy Sage pour la naissance de ce duo chic rouge à lèvres-vernis. Un petit goût de Breakfast at Tiffany's au bout des lèvres pour se grimer en muse de Givenchy avec ce rouge sage et subtil. 
 
Vernis 6,90 € et rouge à lèvres 7,90€, Peggy Sage.

 Livres : à la table des designers

L'heure est à la cuisine et à la gastronomie. Les émissions télé fleurissent, le genre est porteur.  Craquant, le livre vous invite à découvrir les belles tables des designers. Une vingtaine de tables comme une invitation au rêve, magnifiquement photographiées par Guillaume de Laubier (parent de Jean-Baptiste, aka ParaOne ?) Ce n'est pas tout ! Avides de saveurs, les créateurs vous offrent une trentaine de recettes. A vos tabliers !
A la table des designers, 192 pages, 39€, G. De Laubier et Catherine Synave, ed. La Martinière.



Je ne pouvais pas ne pas évoquer ma boutique artistique dans cette sélection de Noël. Des petits objets de déco, de l'ameublement, une toile ou un objet artistique signé et numéroté par mes soins livré avec un certificat d'authenticité. Ça vous plaît ? C'est moi qui l'ai fait !

http://fr.dawanda.com/shop/AlexandraBoucherifi

 Déco/high tech : les bougies de Noël mille et une nuits par diptyque.

Je vous ai déjà présenté les bougies de Noël créées par Diptyque mais je tiens à mettre en avant particulièrement la bougie verte. Son parfum délicieux s'installe à la maison comme une métaphore de sapin de Noël. C'est un peu mon côté minimaliste qui parle. Comme c'est ma senteur favorite pour ces fêtes, je la partage avec joie vous la conseille vivement. Attention, elle est en édition limitée pour les fêtes.
Sapin doré, 28€ (70g) 52€ (190g), Dyptique.
Fin de la liste de rêves de Noël... alors, vous y voyez un peu plus clair ? A vous de remplir votre hotte et celle de vos proches maintenant. Et, JOYEUX NOëL !!

mardi 11 décembre 2012

Edward Hopper au Grand Palais à Paris

Jusqu'au 28 janvier, des hordes de visiteurs patienteront gentiment devant l'entrée latérale du Grand Palais (côté Champs Elysées). Des heures durant, ils attendront pour visiter L'exposition du moment et pas n'importe laquelle : une sublime rétrospective sur Edward Hopper (1882-1967).

128 toiles racontent la peinture à la fois franche et mystérieuse, pudique et sensible du peintre américain... Et moi, je découvre in vivo les toiles que j'ai étudiées en Licence d'histoire de l'art des mois durant.
Je hume à travers champs (de vision ?) le foin du jardin de la maison Cape Cod qui oscille au grès du vent aux abords d'une dense forêt angoissante. Je découvre les variations d'ombres de la maison aux vitres sans vie près des rails, celle qui inspira la maison de Psychose d'Alfred Hitchcock. Je m'étonne d'une facture si précise et d'un rendu parfaitement lisse et soigné. Je m'étonne davantage d'un pan de mur rosé, crépitant sous une matière abondante, au coin de Morning in the city.
Grand Palais
Office at Night, Girlie Show, 1941, Cape cod evening, 1939.
Psycho
Railroad house, 1925.
Cette exposition est importante car c'est une aventure picturale et une aventure à travers l'âme humaine.

Elle raconte le vent à travers les rideaux et la transparence d'une silhouette sexuée, offerte au soleil et si virginale. Et la difficulté de communiquer avec l'autre, près de qui l'on est mais que l'on ne perçoit jamais totalement. Et la femme si charnelle, si sensuelle, parfois fardée ou encore tellement drôle mais jamais outrancière.

Hotel Room, 1931, Morning in the city.
La part d'humanité que peint Hopper se replit sur son éternelle solitude, une solitude sobre, parfois légèrement avachie, parfois ensoleillée. Hopper dépeint une humanité métaphysique qui semble davantage se poser des questions ou respirer le temps présent plutôt que de s'évaporer dans d'inutiles échanges. Une humanité méditative.
Chop Suey, 1929, Room in New York, 1932.
Le parcours de l'exposition, intelligemment pensé, propose une chronologie où l'on découvre les premières années du peintre et ses inspirations contemporaines, notamment parisiennes, qu'il puise lors de ses séjours en France. Puis, le visiteur entre dans le monde Hoppérien, où ses "obsessions" accompagneront, sa vie durant, son oeuvre. Avec un final en apothéose, où le dépouillement ultime laisse simplement place dans une pièce, à la lumière.

Les amateurs de Hopper vibreront d'émotion tout au long de ce subtil périple, se rappelant que l'artiste a développé certaines perspectives reprises ensuite par le cinéma (comme l'effet de plongée de Night Shadows, gravure de 1921, ou de Night Windows qui inspira Fenêtre sur Cour de Hitchcock). Ils re-découvriront une Amérique colorée, des intérieurs et extérieurs aussi dépouillés que la nature se montre généreuse et feuillue.

****

Ouverture
de 10h à 22h du mercredi au samedi inclus. De 10h à 20h le dimanche et lundi. Fermé le mardi. ouvert tous les jours de 10h à 22h pendant les vacances scolaires (du 27 octobre au 10 novembre 2012 et du 22 décembre 2012 au 5 janvier 2013). Fermeture anticipée à 18h les 24 et 31 décembre. Fermeture le 25 décembre.
Infos sur le site : www.rmngp.fr
Grand Palais, entrée Champs-Elysées Métro lignes 1, 9 et 13 : Champs-Elysées Clemenceau ou Franklin-Roosevelt.