vendredi 27 janvier 2012

Woodkid à la tour Eiffel !

Lorsqu'elle est tombée entre les oreilles des parisiens, la nouvelle a eu un effet incroyablement proche d'un tsunami. Bien sûr, tout le monde voulait en être, même ceux qui n'avaient jamais entendu parlé de Woodkid, même ceux qui avaient déjà le carton de la fête 24h Prada dans les mains. Mais problème, les places furent limitées pour raison de sécurité. Partie ce 24 janvier rejoindre les quelques privilégiés au premier étage de la Tour Eiffel  (plus mystérieuse que jamais #voirlaphoto), j'assiste donc au premier live de "Woody the kid". 

Personnellement, j'aimais beaucoup le travail graphique de Woodkid. J'ai vraiment craqué sur son tube ultra geek Iron qui a enchanté tous les gamers scotchés devant le trailer de Assassin Creed. C'est d'ailleurs de cette façon que Woodkid m'a d'abord interpelée, par sa musique. Dans la foulée, j'étais allée jeter un oeil le véritable clip d'Iron. Son unvers visuel m'a fasciné car à la fois sobre, épique et ampoulé. Jugez par vous-mêmes :
Le concert à la Tour Eiffel avait quelque chose de spécial. Déjà de par le lieu et puis Woodkid était accompagné d'un orchestre composé de cuivres, de tambours et d'un piano, à la façon des grands. Il a enchaîné les futurs tubes de son premier album Brooklyn; Run Boy Run...
Pour ceux qui n'étaient pas sur place, j'ai décidé de lever le voile sur ce que Woodkid nous a offert.
Woodkid a chanté :
La main posée sur le coeur :
Les mains levées au ciel :
Les mains levées au ciel et de dos :
Et il nous a même fait un salut militaire de son cru:
Evidemment, tout le monde n'a pas eu la chance d'y assister et bien que le concert fut retransmis dans le monde et parce que les jolis moments sont faits pour être partagés, je vous offre (ci-dessus) les premières mesures de Icon, histoire de nous quitter bons amis. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire